Bienvenue dans la partie actualités
Syndiquer le contenu

Passion et liberté, Philippe FONTAINE, Université de Rouen

L’état de passion se définit par un déséquilibre, qui consiste dans la valorisation  d’une seule tendance. Mais cet aspect prédilectionnel semble plutôt subi par le sujet que choisi, comme l’atteste l’idée de passivité  constitutive du sens premier de la notion. C’est pourquoi la philosophie dénoncera d’emblée la passion comme négation de la liberté du sujet, et comme obstacle à l’accomplissement d’une vie philosophique placée sous le signe de l’activité raisonnable, au sens fort, c’est-à-dire dictée par la raison. Ainsi se comprend que l’analyse traditionnelle du phénomène passionnel l’oppose tantôt au raisonnable, au rationnel et au logique (pathos versus logos), tantôt à l’activité du sujet, menaçant ainsi sa liberté. Dans le premier cas, la passion pose un problème épistémologique (en tant qu’obstacle à la connaissance vraie), dans le second cas, elle pose un problème éthique (et engage une politique de la liberté).
C’est sur cet aspect que nous voudrions insister, en tant que la passion, contrairement à une idée reçue, constitue comme telle un risque majeur pour la liberté du sujet.
Le dossier pédagogique complet peut-être consulté ici.