Bienvenue dans la partie actualités
Syndiquer le contenu

Qu'est-ce désirer?

La notion de désir  désigne la relation vécue d’un sujet à un objet quelconque, qui lui manque ou lui fait défaut. Mais cette idée de manque permet-elle de saisir la spécificité du désir ?  Car lorsque j’ai faim, ou soif, c’est que j’éprouve également un manque de nourriture, ou de boisson. Or, dans ces différents cas, qui concernent généralement les besoins physiologiques élémentaires dont survie la survie de l’organisme, on parle précisément de « besoin », et non de « désir ». Il est donc essentiel de distinguer ces deux concepts. Une analyse approfondie permet de montrer que si l’homme partage avec les autres animaux un ensemble de besoins qui se rapportent à la sphère biologique, il est pourtant le seul à connaître un ensemble d’aspirations, d’attentes, de passions, qui, si elles ne concernent plus la sphère stricte de la survie biologique, prennent pourtant une importance considérable dans la vie de l’homme, au point que c’est d’elles, que, bien souvent, dépend, chez le sujet,  le sentiment de donner un sens à son existence.
Si l’animal s’en tient au strict nécessaire, l’homme semble habité par un sentiment d’insatisfaction qui l’amène à désirer toujours davantage, dans l’ordre de l’avoir, du pouvoir, mais aussi du valoir, c’est-à-dire dans la relation aux autres hommes, dont il semble bien que, comme Hegel l’a magistralement montré dans sa théorie de la reconnaissance des consciences de soi, elle constitue l’objet ultime du désir de l’homme en tant que tel, le désir par excellence, le désir en soi, bref, le désir pour une conscience d’être reconnue par les autres consciences, c’est-à-dire d’en être adoubée, consacrée, confirmée, légitimée.
En ce sens, c’est bien dans le rapport à l’autre que l’homme peut ultimement donner un sens à sa propre existence, s’il est vrai que, comme on l’a dit, tout désir est désir d’un autre désir.