Bienvenue dans la partie vidéotheque
Bienvenue dans la partie vidéotheque
Syndiquer le contenu

Notre bonheur est-il une affaire d'État ? - 1. Critique libérale de l'État, Vincent RENAULT

Invités: 
Renault, Vincent
Date de parution: 
07/04/2016
Résumé de la conférence: 

L’État est cette entité souveraine que nous formons collectivement et qui dispose d’un droit de coercition sur chacun, droit qu’exercent les pouvoirs publics, au nom de la loi. Or, à quoi servirait une telle institution, si notre bonheur n’était pas son affaire ? Un État indifférent à notre bonheur, ne serait–ce pas un État illégitime, l’État tyrannique ? Alors oui, notre bonheur devrait être une affaire d’État, et la première de toutes.

À cette réponse qui serait sans doute la plus naturelle, s’opposent pourtant des objections si fortes, qu’elles sont devenues des lieux communs : non, notre bonheur n’est pas l’affaire de l’État, mais la nôtre ; l’État tyrannique, et même l’État totalitaire, est l’État qui prétend nous guider vers notre bonheur, vers notre plein accomplissement. Ainsi tend à s’imposer une philosophie politique largement partagée, selon laquelle la tâche de l’État serait tout au plus une tâche de justice, dans l’indifférence aux fins que déterminent et poursuivent librement les individus, et dont la réalisation constitue ce qu’ils appellent bonheur.
        
Mais cette théorie d’une indifférence de l’État à l’égard des fins poursuivies, donc des formes que prend notre recherche du bonheur, peut être mise à l’épreuve. Si l’État doit garantir notre recherche autonome du bonheur, cela n’impliquera–t–il pas d’exclure les voies d’accomplissement qui y seraient contraires ? Cela n’implique–t–il pas de favoriser, par exemple, un certain comportement social, et même une forme d’accomplissement social de notre propre existence ? En effet, dans la mesure où nous nous accomplissons aussi, voire surtout, comme être social, les exigences que devra nécessairement poser l’État relativement à notre conduite sociale n’impliqueront–elles pas une définition, au moins partielle, de notre voie d’accomplissement, de notre voie de recherche du bonheur ?

Il s’agit donc de chercher à déterminer plus exactement dans quelle mesure la recherche du bonheur ne doit pas être une affaire d’État, mais aussi dans quelle mesure elle ne peut pas ne pas l’être.

Lieu de la conférence: 
Vienne
Etablissement: 
Lycée Français de Vienne

Cours interactif de philosophie diffusé en visioconférence le 7 avril 2016 depuis le Lycée Français de Vienne dans le cadre du Programme Europe, Éducation, École : www.projet-eee.eu

Dossier pédagogique : http://www.coin-philo.net//eee.15-16.docs/bonheur_Etat_renault_vincent.pdf
Programme 2015-2016 : http://www.coin-philo.net/eee.15-16.prog.php
E.E.E. sur Facebook : https://www.facebook.com/Europe-Education-Ecole-203833816638
Cours classés par thèmes : http://www.coin-philo.net/eee.13-14.cours_philo_en_ligne.php

Auteur : avatarprojeteee
Tags : Bonheur Machiavel Etat Tocqueville Rawls Europe éducation école Vincent Renault Czeslaw Michalewski Cours en visioconférence Lycée Français Vienne
Envoyé : 11 avril 2016